Jump to Content Jump to Main Navigation

Mabibi-Ma-Kibebi v Democratic Republic of the Congo and ors, Appeal judgment, Case No 2008/AR/2441, ILDC 1623 (BE 2010), 26th April 2010, Belgium; Brussels; Court of Appeal

Parties:
Mabibi-Ma-Kibebi (Congo, The Democratic Republic of the [cd])
Democratic Republic of the Congo, Fortis Bank SA, Belgium, French Community of Belgium
Judges/Arbitrators:
Sabine Gadeyne (President); Dominique Degreef; Régine Coirbay
Procedural Stage:
Appeal judgment
Previous Procedural Stage(s):
Judgment of the Court of Kinshasa/Gombe, unreported, 5 December 1997Declaration of enforceability (exequatur) by the Brussels Court of First Instance, Case no 05/6139/B, unreported, 14 June 2006Judgment of Brussels Judge of Attachments; Democratic Republic of the Congo v M, unreported, 31 July 2008
Subject(s):
Diplomacy and consular relations — Right to fair trial — Immunity from jurisdiction, execution of judgments — Immunity from jurisdiction, relative — Immunity from jurisdiction, states — Burden of proof — Sovereignty
Core Issue(s):
Whether the Democratic Republic of the Congo enjoyed immunity from execution with regard to certain of its assets held by its Embassy in Belgium.

Oxford Reports on International Law in Domestic Courts is edited by:

Professor André Nollkaemper, University of Amsterdam and  August Reinisch, University of Vienna.

Facts

F1  By judgment of the Court of Kinshasa/Gombe of 5 December 1997, the Democratic Republic of the Congo (‘DRC’) was condemned to the restitution of Mabibi-Ma-Kibebi’s (‘M’) looted property or to pay the counter-value estimated at 176,004,40 euros in damages to M.

F2  Unable to execute this judgment in the DRC, M obtained an exequatur, a court decision—in casu rendered by the Brussels Court of First Instance on 14 June 2006—that recognized the enforceability of the judgment in Belgium, his country of residence.

F3  Subsequently, M engaged in the forced execution of the judgment by a series of attachments of several assets of the DRC. These assets included a ‘technical’ bank account of the Congolese Embassy in Belgium, several bank guarantees, and certain commitments of Belgium towards the DRC consisting of the remaining balance of a loan granted by Belgium to the DRC since 1984, and the budgets of ongoing development cooperation projects. M had notified the DRC of the attachments both by writ, served at the Congolese Embassy in Belgium, and by a declaration through the diplomatic channel, without ever receiving a ‘note verbale’ from the DRC.

F4  The DRC made objections to these attachments and asked the Brussels Court of First Instance to lift them by invoking immunity from execution under international law.

F5  On 31 July 2008, the Brussels Court of First Instance declared the claim of the DRC to lift the attachments justified and ordered M to do so.

F6  M appealed this decision before the Brussels Court of Appeal on the ground that immunity from execution under international law could not be invoked in the present case since (1) the DRC had opposed the attachments too late and thus they were inadmissible, and (2) the DRC had not proven that the attached property served sovereign purposes. M also asserted his right to the peaceful enjoyment of his property under Article 1 of the First Protocol to the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms (4 November 1950) 213 UNTS 222; 312 ETS 5, entered into force 3 September 1953 and his right to a fair trial under Article 6 of the European Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms (4 November 1950) 213 UNTS 222; 312 ETS 5, entered into force 3 September 1953 (‘ECHR’) which in his view implied the right to obtain the execution of a judgment.

Held

H1  Notice of an enforcement measure could not lawfully be served on the premises of the diplomatic mission (Article 22(1) of the Vienna Convention on Diplomatic Relations (18 April 1961) 500 UNTS 95, entered into force 24 April 1964). As a result, and combined with the fact that it was not established whether the DRC actually received the notices served through diplomatic channels, the opposition by the DRC against the attachments was not made too late. The DRC’s application to lift the attachments was therefore not inadmissible. (paragraph 39)

H2  Immunity from execution was not absolute since it was limited to property serving sovereign purposes. Property that served private (or commercial) purposes could be the object of enforcement measures. (paragraph 40)

H3  It was not contrary to the principle of immunity from execution to discharge partially the pursued state of its burden of proof regarding the nature of the attached property. (paragraph 40)

H4  The mere fact that the pursued state hesitated to oppose the attachments was in itself not sufficient proof of the private nature of the attached property. Therefore the nature of the attached property must be verified in concreto. (paragraph 40)

H5  With regard to the technical bank account of the Congolese Embassy in Belgium, the DRC had failed to substantiate its submission that this account was necessary for the exercise of its public function. Therefore, the DRC could not invoke immunity from execution with regard to this account. (paragraph 40)

H6  With regard to the other attached property, M had failed to establish that they did not serve sovereign purposes. The bank guarantees (that were related to public works), the state to state loan, and the funds available for development projects in the DRC thus enjoyed immunity from execution and could therefore not be attached to satisfy M’s claims. (paragraph 40)

H7  Since immunity from execution was limited to property serving sovereign purposes, and the simple assertion of the DRC that certain goods served such purposes was not considered to be sufficient proof of this nature, immunity from execution was not considered to be absolute. The right to obtain enforcement of a judgment which followed from Article 6 of the ECHR was not violated. There was no need to test whether ‘reasonable alternative means’ were available to the claimant. (paragraph 41)

Date of Report: 28 May 2011
Reporter(s):
Sabien Hespel

Analysis

A1  Belgian case law concerning immunity of foreign states from execution has been known to send mixed signals as to whether or not this immunity should be considered absolute since 1951, and if not, the relevant criterion for restricting immunity and on whom the burden of proving the existence of the criterion rested. The present decision marks the end of the diverging viewpoints of the Brussels Court of First Instance and the Brussels Court of Appeal with regard to the burden of proof, by striking a compromise between the two positions previously adopted by these courts.

A2  Traditionally, immunity from execution was generally considered to be absolute. A first shift towards a more relative conception of immunity from execution in Belgian case-law can be discovered as early as 1951 in Socobel v The Hellenic State, Judgment of the Civil Tribunal of Brussels, (1951) 18 ILR 3, 30 April 1951. Although decisions from the Brussels Court of Appeal dating from 1996 (Zaïre v D’Hoop, Appeals judgment, (1997) JT 1997, 100 (Brussels Court of Appeal), 8 October 1996) and 2002 (DRC v Red Mountain Finance, Appeal judgment by the Brussels Court of Appeal, unreported, 8 April 2002) still reflect an absolute conception of immunity from execution, Belgian case law gradually tended to accept this relative conception. Absolute immunity of foreign states from enforcement measures was no longer considered to be the unequivocal rule (see eg Iraq v SA Dumez, Decision of the Brussels Judge of Attachments, JT 1995, 566, 27 February 1995). This tendency of Belgian case law was in line with similar evolutions in other European states (see eg Philippine Embassy Bank Account Case, Judgment of the German Constitutional Court, 46 BverfGE, 342; 65 ILR 146, 13 December 1977 and the report of the International Law Commission, Yearbook of the International Law Commission, (1991) Vol II, Part Two, p 55 et seq on this topic) and was confirmed in Article 19 of the UN Convention on Jurisdictional Immunities of States and their Property, UN Doc A/Res 59/38, UN General Assembly, 2 December 2004 that restricted the immunity from execution of states. Also, in this case a relative conception of immunity from execution was stressed.

A3  The most general trend in Belgian (and other European) case law pointed towards opening up certain types of state property not serving public purposes, to measures of execution. The distinctive criterion was related to the purpose of the property to be subjected to enforcement measures, resulting in a distinction between property serving sovereign purposes (iure imperii) on the one hand, and non-sovereign purposes (iure gestionis) on the other (see eg Leica AG v Iraq, Judgment of the Brussels Court of Appeal, (2001) JT 6, 15 February 2000). The latter can be made subject to enforcement measures. Yet again, the present judgment confirms this and adheres to the sovereign versus private purposes distinction.

A4  Essential for the determination of immunity from enforcement measures is proof of the purpose of the state property. As evidenced in the Philippine Embassy Bank Account Case and confirmed in many other national court decisions, there is a rebuttable presumption in international law in favour of the sovereign purpose of state-owned property. This places the burden of proof on the person wanting to rebut this presumption.

A5  In Belgium, lower courts have tried to effect a shift with regard to the burden of proof: the burden would rest on the foreign state in case the property, sought to be excluded from attachment, was in the possession of a third person (Iraq v Dumez; Zaïre v D’Hoop, Judgment of the Brussels Court of First Instance, (1995) JT 565, 9 March 1995). These judgments were however reversed on appeal. In line with international practice, the Brussels Court of Appeal adhered in Iraq v Vinci, ILDC 49 (BE 2002), 4 October 2002 to the presumption that (foreign) state property (in casu funds in an Iraqi Embassy’s bank account) served sovereign purposes and placed the burden of proof on the plaintiff, Vinci. The Court held that to require a state to show that such funds are used for its diplomatic activities or for the proper functioning of its diplomatic mission would amount to an inappropriate intrusion into the state’s affairs and a violation of its sovereignty. The same reasoning appeared in the appeals decision of Zaïre v D’Hoop. The presumption in favour of the sovereign purpose of state owned property was again confirmed in Leica AG v Iraq.

A6  This judgment of the Brussels Court of Appeal, in confirming the reasoning of the Court of First Instance, seems to have turned away from the above-described presumption in favour of a new approach: a shared burden of proof between the pursued state and the creditor of that state. The creditor must make the distinction between property serving sovereign purposes versus private purposes prior to any attachment at the risk of being exposed to damage claims for abusive attachment. The pursued state then has the possibility of contesting the choices made by the creditor by establishing that the attached property serves sovereign purposes. Ultimately, the creditor still has the possibility of proving that the attached property serves private purposes. The Brussels Court of Appeal now seems to support the view that a state refusing any cooperation or making clearly false statements cannot benefit from immunity from enforcement measures. This statement of the Court contrasts in a remarkable way to current international law that seems to make the area of protection enjoyed by the foreign state in respect of its property very wide, with the burden of proof resting entirely on the claimant.

A7  The Court applied this idea of a shared burden of proof in concreto to the technical bank account of the Embassy: as the DRC did not prove the sovereign purpose of the account, M was not able to demonstrate the contrary and thus the DRC could not benefit from immunity from enforcement with regard to this account. Thus, it follows that it is no longer enough for a state to claim that its property is earmarked for sovereign activities for this to be automatically accepted by the Court.

A8  Concerning the assertion M made that his right to obtain the execution of a judgment under Article 6(1) of the ECHR was violated, the Court rightfully concluded that there had been no violation of Article 6(1), given the balanced application of the rules on state immunity in this case. The Court found that, since immunity from execution was not absolute (private versus sovereign purpose of goods; shared burden of proof), the right to execution of a judgment was not restricted in such a way that the very essence of the right was impaired. M’s rights under Article 6(1) were not disproportionally restricted. This is in line with the case law of the European Court of Human Rights (‘ECtHR’) regarding state immunity (see McElhinney v Ireland, Case no 31253/96, 21 November 2001, Fogarty v UK, Case no 37112/97, 21 November 2001, Al-Adsani v UK, Case no 35763/97, 21 November 2001, and Kalogeropoulou and ors v Greece and Germany, Case no 59021/00, 12 December 2002, where it did not find a violation of Article 6(1)) and the Brussels Court of Appeal’s own case law (see eg Iraq v Vinci). This can be contrasted with a Belgian line of case law regarding the immunities of international organizations, where a violation of Article 6(1) was accepted (see eg Siedler v WEU, Judgment of the Brussels Labour Court of Appeals, ILDC 53 (BE 2003), 17 September 2003 and the subsequent judgment of the Court of Cassation in Union de L’Europe Occidentale v SM, Judgment of the Belgian Court of Cassation, No S 04 0129 F, (2010) JLMB 405, 21 December 2009 as well as Luchtmaya v General Secretariat of the ACP Group, Judgment of the Brussels Court of Appeal, ILDC 1363 (BE 2003), 4 March 2003 and the subsequent judgment of the Court of Cassation in Secrétariat General du Groupe des Etats d’Afrique, des Carabes et du Pacifique v L M-A, Judgment of the Belgian Court of Cassation, No C 03 0328 F, (2010) JT 129, ILDC 1576 (BE 2009), 21 December 2009).

A9  The Court correctly did not deem it necessary to test whether ‘reasonable alternative means’ were available. This test was put forward by the ECtHR in the cases Waite and Kennedy v Germany, Case no 26083/94, IHRL 3200 (ECHR) 1999), 18 February 1999 and Beer and Regan v Germany, Case no 28934/95, IHRL 2869 (ECHR 1999), 18 February 1999 with regard to the immunity from jurisdiction of international organizations, and has been analogously applied in cases regarding immunities of international organizations from execution (see eg Luchtmaya and Secrétariat General v L M-A). However, this test is not commonly applied in cases regarding state immunity, in line with the case law of the ECtHR (although the court mentioned the availability of alternative means in the case of McElhinney v Ireland, [39]: see however the Dissenting Opinion of Judge Rozakis, McElhinney v Ireland, [4]).

Date of Analysis: 28 May 2011
Analysis by: Sabien Hespel

Instruments cited in the full text of this decision:

To access full citation information for this document, see the Oxford Law Citator record

Decision - full text

Faits et Retroactes.

. Par jugement prononcé le 5 décembre 1997, le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombé a condamné la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU ZAIRE à la restitution à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI de ses biens pillés ou à en payer la contre-valeur estimée à l'équivalent en Nouveaux-Zaïres de 6.100.000 BEF et au paiement de l'équivalent en Nouveaux-Zaïres de 1.000.000 BEF à titre de dommages et intérêts, et a mis les frais d'instance à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU ZAIRE.

Ce jugement a été signifié avec commandement de payer à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU ZAIRE le 17 décembre 1997 à la requête de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

. A la requête de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, le tribunal de première instance de Bruxelles a déclaré ce jugement du 5 décembre 1997 exécutoire en Belgique par ordonnance du 14 juin 2006.

. Suite à cette ordonnance, également à la requête de Monsieur MABI-BI-MA-KIBEBI, un huissier de justice a, selon les termes de l'exploit du 7 août 2006, signifié (et laissé copie conforme de) à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, dont l'ambassade est sise en Belgique à 1000 Bruxelles, rue Marie de Bourgogne 30:

  • —  l'expédition en forme exécutoire du jugement du 5 décembre 1997 rendu par défaut,

  • —  un certificat de non-opposition et un certificat de non-appel,

  • —  l'expédition en forme exécutoire de l'ordonnance du 14 juin 2006.

Suivant les mentions de l'acte de signification, l'huissier de justice instrumentant a, comme la partie signifiée est un Etat étranger, "pour autant que de besoin, adressé deux copies du présent exploit avec deux copies des pièces signifiées, à Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères à Bruxelles, avec prière de les faire parvenir à la partie signifiée après l'accomplissement des formalités requises".

. L'ambassade de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a accusé réception de la note verbale du 11 août 2006 relative à cette affaire ainsi que du dossier des pièces annexées le 24 août 2006.

. Les 10 et 14 novembre 2006, il a été procédé, à la requête de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, à une saisie-arrêt exécution à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO entre les mains de DEXIA BANQUE BELGIQUE SA, KBC BANK SA, ING BELGIQUE SA, FORTIS BANQUE SA, BELGOLAISE SA et BANQUE DU CONGO SA, pour obtenir paiement de 176.004,40 € et tes frais.

Cette saisie-arrêt exécution a été dénoncée à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO par exploit du 17 novembre 2006.

Il a également été procédé à une dénonciation par la voie diplomatique mais la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'a pas transmis de note verbale quant à ce.

. Par courrier du 13 novembre 2006, FORTIS BANQUE SA a fait une déclaration de tiers saisi, déclarant "qu'il existe, au nom de la précitée [c'est-à-dire la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO] les avoirs suivants:

  • —  au nom de STATE OF DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO bénéficiaire d'une garantie bancaire 80603_50569_60

  • —  au nom de AMBASSADE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

    rue Marie de Bourgogne 30

    1000 Bruxelles

    • compte à vue 210_0718207_71 EUR solde débiteur

    • compte à vue 2J0_0718207_71 USD 11,08 USD

  • —  au nom de CONSULAT GENERAL DE LA REPUBLIQUE DU CONGO

    Ankerrui 22

    2000 Antwerpen

    • compte à vue 001_4545442_01 EUR 354,19 EUR

    • compte à vue 001_4545442_01 USD 3.750,00 USD

      Qu'il n'existe pas d'avoir disponible concernant les quatre comptes précités en application du principe d'unicité des comptes (article 30 des conditions générales).

    • compte épargne 035_5203796_78 2.850,00 EUR

      les fonds présents sur ce compte sont toutefois indisponibles en vertu d'une convention de garantie locative conformément à la législation en vigueur.

    • compte technique 8.698,23 EUR

  • —  au nom du MINISTERE DES FINANCES ET BUDGET DE LA REPUBLIQUE DEM. DU CONGO

    Boulevard du 30 Juin

    Kinshasa/Congo

    Bénéficiaire des garanties bancaires suivantes:

    • 80411_00363_86

    • 8041l_50241_09

    • 80501_00900_90

    • 80601_00709_72

    • 80601_00723_86

    • 80604_50234_09

    • 80608_00088_81

    • 80610_51252_15

  • —  au nom du BUREAU CENTRAL DE LA COORDINATION

    Avenue Colonel Mondjiba 372

    KINSHASA NGALIEMAS

    REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

    Bénéficiaire des garanties bancaires suivantes:

    • 80505_00391_38

    • 80510_01245_81

    • 80606_50599_69

    • 80606_50654_27

    • 80606_50669_42

  • —  au nom de UNITE DE COORDINATION DU PROJET CROISEMENT AV. AVIATEURS ET NATION.

    KINSHASA

    REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

    Bénéficiaire des garanties bancaires suivantes:

    • 80603_50861_61

    • 80604_50069_38

  • —  au nom de BUREAU DE COORDINATION DES MARCHES D'INFRASTRUCTURE

    AVENUE COLONEL LUKUSA

    KINSHASA GOMBE

    REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

    Bénéficiaire des garanties bancaires suivantes:

    • 80607_50549_12

    • 80607_50572_35

    • 80607_50606_69

    • 80607_50656_22

    Il est précisé que les obligations de Fortis Banque du chef des garanties bancaires précitées sont essentiellement conditionnelles.

  • —  que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO fait déjà l'objet des saisies-arrêts suivantes: (…)"

. Selon la déclaration de tiers saisi de la BELGOLAISE du 17 novembre 2006, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'est pas titulaire de comptes ni d'aucun avoir en ses livres, mais est au contraire débitrice de sommes à l'égard de la BELGOLAISE.

DEXIA a déclaré le 21 novembre 2006 qu'à la date de la saisie-arrêt exécution, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne lui était pas connue en tant que titulaire de comptes ou de dépôts.

ING a également déclaré, le 23 novembre 2006, que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne possède aucun avoir auprès d'elle.

La KBC a fait une déclaration analogue le même jour.

. Le 12 mars 2007, l'huissier de justice instrumentant a établi un projet de répartition concernant le produit de la saisie-arrêt exécution pratiquée à la requête de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI entre les mains de FORTIS BANQUE SA qui avait libéré entre les mains de cet huissier le montant de 8.698,23 € créditant le compte technique ouvert au nom de CONSULAT GENERAL DE LA REPUBLIQUE DU CONGO à Anvers.

Deux créanciers jouissant d'un privilège ont eu droit à un montant.

Les autres créanciers de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, dont Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, n'ont pas eu droit à quelque montant que ce soit.

10 . En date du 23 mars 2007, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a fait procéder à une saisie-arrêt exécution à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO entre les mains de la BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE SA, la COMMUNAUTE FRANCAISE et l'ETAT BELGE pour un montant principal de 176,004,40 € et les frais, moins 8.698,23 €, soit le produit de la saisie-arrêt exécution entre les mains de FORTIS BANQUE SA.

Cette saisie a été dénoncée à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO par exploit signifié le 30 mars 2007.

Il a également été procédé à une dénonciation par la voie diplomatique mais la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'a pas transmis de note verbale quant à ce.

11 . Par courrier du 30 mars 2007, l'huissier de justice instrumentant s'est adressé à FORTIS BANQUE SA comme suit:

"Votre déclaration date du 13 novembre 2006.

Je tiens à attirer votre attention sur les prescrits des articles 1452 et 1453 du Code judiciaire imposant au tiers saisi d'énoncer avec exactitude tous les éléments utiles à la détermination des droits des parties et, selon le cas spécialement: 1/ les causes et le montant de la dette, la date de son exigibilité et s'il échet, ses modalités. Une copie des pièces justificatives doit être annexée à la déclaration.

Puis-je dès lors vous demander de ma faire parvenir une déclaration complémentaire?"

12 . La BANQUE NATIONALE a déclaré le 3 avril 2007 qu'elle n'est dépositaire ni redevable d'aucun compte ou avoir quelconque appartenant à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

13 . Le 20 avril 2007, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a fait opposition aux saisies-arrêts exécution pratiquées les 10 et 14 novembre 2006 entre les mains de DEXIA, KBC, ING, FORTIS BANQUE SA, BELGO-LAISE et la BANQUE DU CONGO.

14 . Par courrier du 20 avril 2007, le conseil de l'ETAT BELGE a fait savoir à l'huissier de justice instrumentant:

"Compte tenu des difficultés rencontrées au sein de l'Administration pour établir très exactement les sommes qui sont dues par l'ETAT BELGE (Affaires étrangères, Coopération au Développement) à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Brazzaville, la déclaration de créance n'a pu être établie dans le délai légalement imparti.

Les services juridiques du SPF Affaires étrangères m'ont fait savoir que la déclaration en question pourrait être vraisemblablement établie en bonne et due forme dans le courant de la semaine prochaine."

Le conseil de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a répondu par courrier du 23 avril 2007 que son client se réservait tous ses droits concernant les difficultés qui auraient été rencontrées par l'administration pour établir sa déclaration de tiers saisi dans les délais et les formes prévus par le Code judiciaire.

Il a précisé qu'il en allait d'autant plus ainsi que l'ETAT BELGE était parfaitement au courant d'un risque de la saisie entre ses mains, compte tenu notamment des courriers adressés par lui aux ministres de la coopération au développement et des affaires étrangères le 30 janvier et le 20 février 2007.

15 . Par courrier du 25 avril 2007, FORTIS BANQUE SA a porté à la connaissance de l'huissier de justice des renseignements complémentaires concernant les garanties bancaires dont est bénéficiaire la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Dans sa lettre, FORTIS BANQUE SA mentionne, pour chaque garantie, le montant, le donneur d'ordre et l'échéance.

16 . La déclaration de tiers saisi de l'ETAT BELGE, non datée, a été envoyée à l'huissier de justice le 26 avril 2007 et est rédigée comme suit:

"L'ETAT BELGE (…) déclare par la présente que les engagements de l'ETAT BELGE envers la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) se montent actuellement à un montant de quelque 84,6 millions d'euros, qui repré sentent les soldes encore disponibles de prêts d'Etat à Etat accordés depuis 1984 (80,9 millions d'euros), et ceux des budgets des projets en cours d'exécution en matière de coopération au développement (3,7 millions d'euros).

Ce montant de quelque 84,6 millions euros dépasse largement celui des 169.029,94 euros sur lesquels porte la saisie, et la présente déclaration est dès lors produite à titre conservatoire et provisionnel, à concurrence de ce montant.

L'ETAT BELGE émet en outre les plus nettes réserves quant à la possibilité de saisir ce montant de 84,6 millions euros qui comme indiqué plus haut est constitué de prêts d'Etat à Etat et de subventions au titre de la coopération au développement entre l'ETAT BELGE et la RDC."

17 . Par courrier du 2 mai 2007, le conseil de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI s'est adressé à la COMMUNAUTE FRANCAISE comme suit:

"Je me réfère à la saisie-arrêt pratiquée entre vos mains le 23 mars 2007 à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Sauf erreur, je n'ai à ce jour reçu aucune déclaration de tiers saisi de votre part.

Par conséquent, mon client estime que la COMMUNAUTE FRANCAISE doit être déclarée débitrice des causes de la saisie selon le voeu de l'article 1542 du Code judiciaire.

Je vous invite dès lors — et, pour autant que de besoin, je vous mets en demeure — de payer la somme de 176.004,40 (…).

A défaut pour vous de ce faire d'ici le 9 mai prochain, j'ai reçu l'instruction de vous citer devant le juge des saisies."

18 . Ce même jour, le 2 mai 2007, le conseil de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a également adressé un courrier à FORTIS BANQUE SA concernant les deux déclarations de tiers saisi de celle-ci.

Il a fait savoir à FORTIS BANQUE SA:

"(…) Mon client estime que ces déclarations ne satisfont pas au voeu des articles 1452 et 1453 du Code judiciaire.

En effet, ces dispositions imposent au tiers saisi d' "énoncer avec exactitude tous les éléments utiles à la détermination des droits des parties et, selon le cas, spécialement: 1° les causes et le montant de la dette, la date de son exigibilité et, s'il échet, ses modalités" ainsi que d'annexer à sa déclaration une copie justificative de celle-ci.

Or, dans votre déclaration complémentaire, vous indiquez certes le montant des garanties bancaires concernées et leur date d'échéance ultime, mais vous ne fournissez pas la moindre indication sur les modalités de ces garanties, et en particulier leurs conditions d'exigibilité.

Vous ne produisez par ailleurs pas la moindre pièce justificative.

Dans ces conditions, mon client estime qu'il y a lieu de vous déclarer débiteur de cause de la saisie selon le voeu de l'article 1542 du Code judiciaire.

Par conséquent, je vous prie — et, pour autant que de besoin, je vous mets en demeure — de payer la somme de 176.004,50 euros (…).

A défaut pour vous de ce faire d'ici le 9 mai prochain, j'ai reçu l'instruction de vous citer devant le juge des saisies."

19 . Par courrier du 3 mai 2007, FORTIS BANQUE SA a répondu à la mise en demeure du 2 mai 2007 du conseil de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI:

"(…)

  • —  nos déclarations des 13 novembre 2006 et 25 avril 2007 répondent au prescrit des articles 1452 et 1453 du code judiciaire,

  • —  si nous n'avons pas produit les pièces justificatives, c'est en vertu de notre obligation de discrétion bancaire, des tiers étant en l'occurrence impliqués.

Néanmoins, si votre client estime utile de prendre connaissance des garanties, nous vous transmettons, en annexe, copies de celles-ci.

Pour le surplus, nous contestons être redevables des causes de la saisie."

20 . La COMMUNAUTE FRANCAISE a fait sa déclaration de tiers saisi le 9 mai 2007.

Selon cette déclaration, "il n'existe pas de créance connue à charge du saisi".

21 . Le 29 mai 2007, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a lancé citation en intervention forcée dans la procédure en opposition à la première saisie-arrêt exécution, et ce à l'encontre de FORTIS BANQUE SA, l'ETAT BELGE et la COMMUNAUTE FRANCAISE.

22 . Par exploit signifié le 16 juin 2008, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a fait opposition à la saisie-arrêt exécution pratiquée entre les mains de la BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE, la COMMUNAUTE FRANCAISE et l'ETAT BELGE.

Objet des Actions Devant le Juge Des Saisies — le Jugement Entrepris — Objet des Demandes en Degre d'Appel

23 . Devant le juge des saisies, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a sollicité la mainlevée des saisies-arrêts exécution pratiquées à sa charge à la requête de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Elle a également demandé la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI au paiement de 500 € à titre provisionnel pour saisie téméraire et vexatoire.

Ensuite, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a demandé la rétractation de l'ordonnance du 14 juin 2006 rendue par le tribunal de première instance de Bruxelles par laquelle l'exequatur du jugement prononcé le 5 décembre 1997 par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombé avait été accordé.

24 . La citation en intervention forcée de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI tend à entendre condamner in solidum, ou à tout le moins séparément, FORTIS BANQUE SA, l'ETAT BELGE et la COMMUNAUTE FRANCAISE à être déclarés débiteurs des causes des saisies pratiquées entre leurs mains à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO et par conséquent, à les entendre condamner in solidum, ou à tout le moins séparément, à payer à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI la somme de 176.004,40 €, outre tes frais des saisies, soit au total 177,281,31 €, et à les entendre condamner aux dépens de l'instance, en ce compris l'indemnité de procédure.

25 . FORTIS BANQUE SA a demandé qu'il lui soit donné acte de ce qu'elle bénéficie d'une action subrogatoire à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO à hauteur des condamnations qui seraient éventuellement prononcées à sa charge et que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO soit condamnée à l'en couvrir.

26 . L'ETAT BELGE a conclu au non-fondement de la demande de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI à son égard avec la condamnation de ce dernier aux dépens.

27 . La COMMUNAUTE FRANCAISE a demandé que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO soit condamnée à la garantir de toute condamnation qui pourrait être prononcée à son encontre en principal, intérêts et accessoires au profit de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, avec la condamnation de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO aux dépens.

28 . Par jugement prononcé le 31 juillet 2008, le juge des saisies, après avoir joint les deux procédures en opposition à saisie:

  • —  a déclaré la tierce opposition formée contre l'ordonnance du 14 juin 2006 irrecevable,

  • —  a déclaré la demande de mainlevée des saisies recevable et fondée,

  • —  a ordonné à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI de donner mainlevée des saisies litigieuses dans les 48 heures du jugement à défaut de quoi le jugement en tiendra lieu,

  • —  a condamné Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI aux dépens de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO liquidés à 75 € comme indemnité de procédure et non liquidés pour le surplus des dépens,

  • —  a déclaré les demandes en intervention recevables et partiellement fondées,

  • —  a condamné FORTIS BANQUE SA, l'ETAT BELGE et la COMMUNAUTE FRANCAISE à payer chacun à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI une indemnité de 2.500 € ainsi que l'indemnité de procédure de 1.200 € pour chaque partie,

  • —  a débouté Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI du surplus de sa demande.

29 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a interjeté appel de cette décision.

Il demande en degré d'appel:

  • —  d'entendre dire les demandes de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO irrecevables ou à tout le moins non fondées, avec la condamnation de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO aux dépens,

  • —  d'entendre condamner FORTIS BANQUE SA, l'ETAT BELGE et la COMMUNAUTE FRANCAISE à intervenir dans la présente cause,

  • —  d'entendre condamner FORTIS BANQUE SA, l'ETAT BELGE et la COMMUNAUTE FRANCAISE à être déclarés débiteurs des causes des saisies-arrêts litigieuses et par conséquent d'entendre condamner ces trois parties à lui payer chacune, à tout le moins solidairement ou à défaut in solidum, 176.004,40 €, outre les frais des saisies, soit 177.281,31 € et d'entendre condamner ces trois parties aux dépens,

  • —  d'entendre condamner l'ETAT BELGE au paiement de la somme provisionnelle de 1 € ainsi qu'aux dépens, et d'entendre ordonner la réouverture des débats pour le surplus,

  • —  d'entendre condamner l'ETAT BELGE à vider inconditionnellement ses mains entre celles de l'huissier de justice instrumentant de Monsieur MABI-BI-MA-KIBEBI, soit jusqu'à concurrence de la somme déclarée de "quel-que[s] 84,6 millions d'euros", sous peine d'une astreinte de 10.000 € par jour de retard à dater de la signification de l'arrêt à intervenir, avec la condamnation de l'ETAT BELGE aux dépens.

Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI taxe ses dépens à 10.000 € à titre d'indemnité de procédure en première instance et à 10.000 € à titre d'indemnité de procédure en degré d'appel.

30 . La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO:

  • —  conclut au non-fondement de l'appel de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI et demande la condamnation de celui-ci au paiement de 10.000 € (indemnité de procédure en première instance) + 10.000 € (indemnité de procédure en degré d'appel), soit deux fois le montant maximum, des intérêts judiciaires et des dépens des deux instances,

  • —  demande la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI au paiement de 500 € à titre provisionnel au titre de dommages et intérêts pour saisie-arrêt exécution et procédure d'appel téméraires et vexatoires, et de 1.000 € à titre d'indemnité de procédure (saisie-arrêt exécution des 10 et 14 novembre 2006),

  • —  demande la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI au paiement de 1.000 € à titre provisionnel au titre de dommages et intérêts pour saisie-arrêt exécution et procédure d'appel téméraires et vexatoires, et de 1.000 € à titre d'indemnité de procédure (saisie-arrêt exécution du 23 mars 2007),

  • —  demande la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI au paiement de 10.000 € à titre d'indemnité de procédure, des intérêts judiciaires et des dépens,

  • —  demande que FORTIS BANQUE SA soit condamnée à lui rembourser la somme de 8.698,23 € qui a été répartie avant l'opposition.

31 . La partie FORTIS BANQUE SA:

  • —  conclut à titre principal à la confirmation du jugement entrepris en ce qu'il fait droit à la demande de mainlevée de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO,

  • —  demande qu'il soît constaté que par voie de conséquence la saisie est viciée ab initio et qu'aucune suite juridique ne devait lui être réservée,

  • —  demande que le jugement dont appel soit réformé en tant que, tout en accordant la mainlevée, il a sanctionné FORTIS BANQUE SA sur base d'une déclaration non avenue,

  • —  demande subsidiairement que le jugement entrepris soit réformé en tant qu'il la condamne fût-ce partiellement comme débitrice pure et simple des causes de la saisie, et à tout le moins que cette sanction lui soit appliquée à titre individuel et avec la plus extrême modération,

  • —  demande qu'il lui soit donné acte de ce qu'elle bénéficie d'une action subrogatoire à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO à hauteur des condamnations qui seraient éventuellement prononcées à sa charge, et que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO soit condamnée à l'en couvrir,

  • —  demande que soit déclarée irrecevable et à tout le moins non fondée la prétendue demande nouvelle introduite à sa charge par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO,

  • —  conclut aux dépens comme de droit, indemnité de procédure de base de 5.000 € à charge de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO en fonction du montant de la condamnation prononcée contre FORTIS BANQUE SA.

32 . L'ETAT BELGE introduit un appel incident qui tend à entendre ordonner la mainlevée des saisies-arrêts sans condamner, entre autres, l'ETAT BELGE au paiement d'une indemnité ou, à titre infiniment subsidiaire, accorder 1 € d'indemnité au maximum à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Il conclut à l'irrecevabilité des deux demandes nouvelles formées par Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI à son encontre et demande la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI aux dépens des deux instances (indemnité de procédure: 5.000 €).

33 . La COMMUNAUTE FRANCAISE demande à titre principal que la demande de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI soit déclarée non fondée avec la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI aux dépens, et à titre subsidiaire que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO soit condamnée à la garantir de toute condamnation qui pourrait être prononcée à son encontre en principal, intérêts et accessoires au profit de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI avec la condamnation de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO aux dépens.

La COMMUNAUTE FRANCAISE taxe son indemnité de procédure en première instance à 5.000 € et en appel à 5.000 €.

34 . Le 15 janvier 2010, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a déposé une requête en réouverture des débats, ce à quoi la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO s'oppose selon le courrier du 22 janvier 2010 de son conseil.

En Droit.

35 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI demande la réouverture des débats pour lui permettre de verser deux arrêts prononcés le 21 décembre 2009 par la Cour de cassation à son dossier de doctrine et de jurisprudence.

Ces arrêts ont été prononcés avant que la présente cause ne soit prise en délibéré le 11 janvier 2010.

De plus, ils font partie de la jurisprudence accessible qui peut être consultée librement.

Il n'y a dès lors pas lieu à une réouverture des débats uniquement pour permettre à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI de déposer ces deux arrêts.

36 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI soutient que pour les deux demandes de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, à savoir la mainlevée des saisies litigieuses et la condamnation de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI au paiement de dommages et intérêts, les conditions de recevabilité n'ont jamais été remplies.

Il le déduit des constatations que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne produit pas la décision du Ministère de la Justice congolais d'introduire les procédures d'opposition et qu'elle ne démontre pas qu'en droit congolais le Ministère de la Justice est compétent pour introduire une telle procédure.

La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO produit le décret n° 03/027 du 16 septembre 2003 portant organisation et fonctionnement du Gouvernement de Transition ainsi que les modalités de collaboration entre le Président de la République, les Vice-présidents de la République, les Ministres et les Vice-ministres.

Elle dépose également l'Ordonnance n° 07/016 du 16 mai 2007 fixant les attributions des Ministres.

Il en découle qu'est conférée au Ministère de la Justice la défense des intérêts de l'Etat devant les juridictions nationales, étrangères et internationales. Ces documents justifient la représentation de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO par le Ministère de la Justice ainsi que l'indiquent les différents exploits et actes par lesquels la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO introduit des demandes et présente sa défense dans la présente cause.

Comme dans le cas d'espèce la loi n'exige pas de mandat spécial, l'avocat de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO qui accomplit un acte de procédure devant une juridiction de l'ordre judiciaire se limite à déclarer agir au nom de celle-ci, il est légalement présumé avoir reçu à cette fin un mandat régulier de l'organe compétent de ia REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Cette présomption peut être renversée, de sorte qu'en l'espèce Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI est en droit d'alléguer que la décision d'accomplir un acte de procédure n'a pas été approuvée par les organes de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO et n'émane pas de cette dernière, mais la charge de la preuve repose sur lui (Cass., 09/01/2007, rôle n° P061175N, Justel n° F_20070109_3, http://jure.juridat.just.fgov.be; la règle énoncée dans cet arrêt pour une personne morale de droit privé peut également être appliquée à une personne morale de droit public; (Trav. Mons., 18/10/2002, rôle 16862–1683, Justel n° F_20021018_4, http://jure.juridat.just.fgov.be)). Ce moyen n'est donc pas fondé.

37 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI soutient également que ia demande de mainlevée de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO est irrecevable à défaut d'intérêt.

Il estime que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'a pas d'intérêt concret et actuel à demander la mainlevée sur la base des arguments suivants:

  • —  L'article 1541 C.jud, prévoit que l'opposition du débiteur saisi est signifiée à sa requête au saisissant dans les 15 jours de la dénonciation de la saisie, avec citation à comparaître devant le juge des saisies.

    Bien qu'il ne s'agisse pas d'un délai prévu à peine de déchéance, une opposition formalisée en dehors de ce délai n'a d'effet à l'égard des tiers que pour les paiements futurs et ne se justifie donc qu'en cas de saisie-arrêt échelonnée.

  • —  L'article 1629, al. 3 et 4 C.jud. prévoit que tout contredit au projet de répartition doit être fait dans les 15 jours soit par exploit d'huissier de justice signifié à l'huissier de justice instrumentant, soit par déclaration devant celui-ci, à défaut de quoi il sera procédé à la répartition selon tes dispositions du projet. (…) Aucune opposition ne sera admise après l'échéance de ce délai, ni entre tes mains de l'huissier de justice, ni devant le juge.

    Contrairement à ce que soutient la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, aucune règle de droit n'imposait de lui notifier par la voie diplomatique le projet de répartition des sommes saisies.

  • —  Dans le cadre de la première saisie des 10 et 14 novembre 2006, les seules sommes liquides et exigibles saisies par l'huissier de justice de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI sont constituées par un "compte technique" d'un montant de 8.698,23 €.

    Ce montant a fait l'objet d'un projet de répartition auquel la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'a pas fait opposition dans le délai légal de 15 jours.

    Elle n'a par ailleurs pas fait opposition à la saisie dans le délai légal de 15 jours à dater de la dénonciation de la saisie.

  • —  La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peut donc retirer quelque avantage concret de son action.

    La somme de 8.698,23 € a déjà été distribuée entre les créanciers de fa REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO et ne pourrait plus être récupérée par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

    Par ailleurs, l'ensemble des autres créances saisies tes 10 et 14 novembre 2006 sont des garanties bancaires soit déjà périmées soit non exigibles.

C'est à juste titre que le premier juge a constaté quant à ce que si la somme de 8.698,23 € a été répartie avant l'opposition de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, celle-ci conserve naturellement un intérêt à contester cette saisie en tant que celle-ci porte sur les garanties bancaires. Le fait que ces garanties soient déjà périmées ou non exigibles importe peu car elles demeurent bloquées par l'effet de la saisie. En outre, l'intérêt pour la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO à solliciter la mainlevée des saisies pratiquées en mars 2007 n'est pas contesté. La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO dispose dès lors bien d'un intérêt à agir.

C'est donc à tort que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI conclut à l'irrecevabilité de la demande de mainlevée à défaut d'intérêt dans le chef de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

38 . Pour justifier sa demande de mainlevée des saisies pratiquées à sa charge, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO invoque l'immunité d'exécution dans son chef.

Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI y oppose un moyen d'irrecevabilité en ce que les oppositions de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ont été formées tardivement.

Il conteste également le bien-fondé de ce moyen.

39 . En raison de l'égalité entre les Etats souverains, un exploit d'huissier doit être transmis à un Etat étranger par la voie diplomatique.

Aucun exploit d'huissier ne peut être signifié à l'ambassade. Les locaux des ambassades sont en effet inviolables. Il n'est pas permis aux agents de l'Etat d'accueil d'y pénétrer, sauf avec le consentement du chef de la mission (article 22.1 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961).

Ainsi, il ne peut y être fait aucun commandement destiné à l'Etat d'envoi. L'ambassade ne peut recevoir ces documents, même si ceux-ci sont envoyés par lettre recommandée, car l'interdiction visée par l'article 22.1 de la Convention de Vienne est moins la présence d'un fonctionnaire de l'Etat d'accueil, qui pourrait entrer d'une manière parfaitement légitime dans une ambassade étrangère pour y chercher un visa ou y déposer un pli officiel par exemple, que le commandement dont l'acte est porteur.

(Trav. Bruxelles., 16/03/2009, rôle n° 49.250, Justel n° F_20090316_8, http://jure.juridat.just.fgov.be, avec références; J. SALMON, Manuel de droit diplomatique, 1994, p. 194_196; E. DENZE, Diplomatic law, Oxford, 1998, p. 127.)

Les significations faites à l'ambassade de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peuvent dès fors être prises en considération puisqu'elles sont irrégulières.

En ce qui concerne les significations qui ont été faites par la voie diplomatique, le premier juge a décidé à juste titre que les oppositions aux saisies formées par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peuvent être jugées tardives sur (a base de la motivation suivante.

Le Ministre des Affaires Etrangères confirme avoir adressé les exploits de dénonciation à l'ambassade de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO respectivement le 14 décembre 2006 et le 23 avril 2007 mais il indique ne pas avoir reçu la note verbale en retour, et ce nonobstant le fait qu'un rappel a été adressé à l'ambassade. Dans la mesure où il n'est donc pas établi que l'ambassade a effectivement réceptionné le pli plus d'un mois avant la date à laquelle la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a formé son opposition, et pour autant que l'on puisse considérer par ailleurs que l'article 1412bis C.jud. soit applicable aux personnes morales étrangères — question controversée — l'opposition formée par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peut être jugée tardive.

Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI ne démontre pas à suffisance de droit que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO aurait délibérément perturbé le cours normal de la procédure de notification par la voie diplomatique pour échapper à la déchéance qui la frapperait pour avoir introduit tardivement la procédure en mainlevée.

Il découle de ce qui précède qu'il ne peut être conclu à l'irrecevabilité des demandes en mainlevée formées par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

40 . Les Etats étrangers jouissent en Belgique d'une immunité d'exécution. Il est toutefois admis que cette immunité n'est pas absolue en ce sens qu'elle ne s'étend qu'aux biens affectés aux activités de souveraineté de l'Etat et que les biens dont l'affectation est privée peuvent faire l'objet d'une exécution forcée (E. DIRIX et K. BROECKX, Beslag (APR, 2001), n° 196, p. 132–133; Jurisprudence belge relative au droit international public (1993_2003), Pierre d'Argent, RBDI, 2004, p. 606 e.s.).

En ce qui concerne la charge de la preuve de l'affectation des biens saisis, la cour approuve et fait sienne la motivation pertinente du juge des saisies (voir le jugement entrepris, n° 7, p. 8_9).

Le montant créditant le compte technique ouvert auprès de FORTIS BANQUE SA a fait l'objet d'une répartition avant que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne forme opposition à la saisie.

La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO soutient que ce compte technique est nécessaire à l'exercice de la puissance publique dans la mesure où il est affecté au fonctionnement du Consulat Général à Anvers de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, et que dès lors il est couvert par l'immunité d'exécution.

Comme la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'est pas en mesure de démontrer que cette affirmation est exacte alors que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI se trouve dans l'impossibilité de démontrer le contraire (l'affectation à des fins privées de ce compte) et comme la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne dépose aucune pièce et ne fournit aucune explication convaincante à ce sujet, il y a lieu d'admettre que pour le montant créditant ce compte, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peut pas se prévaloir d'une immunité d'exécution.

Pour ce qui est des autres biens qui ont fait l'objet des saisies litigieuses, sur la base d'une analyse des éléments de fait et d'une motivation judicieuses que la cour approuve et fait siennes, le premier juge a estimé à bon droit qu'ils doivent bénéficier de l'immunité d'exécution.

41 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI invoque que, à supposer même que les sommes saisies soient couvertes par l'immunité d'exécution, en statuant sur la demande de mainlevée, la Belgique doit en toute hypothèse respecter les obligations internationales qu'elle a souscrites, notamment en vertu de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH).

A ce sujet, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI fait valoir:

  • —  L'article 1er du Premier Protocole additionnel à la CEDH garantit le droit de propriété. La créance que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI tire du jugement du 5 décembre 1997 entre dans la notion des "biens" protégés par cette disposition.

  • —  Le droit à un procès équitable, garanti par l'article 6 CEDH implique pour Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI le droit d'obtenir l'exécution du jugement du 5 décembre 1997.

A bon droit le premier juge a dit qu'il n'était certainement pas dans l'intention des auteurs de la CEDH de mettre à néant le principe de l'immunité d'exécution unanimement admis en droit international.

La Cour EDH admet que l'immunité d'un sujet de droit, comme par exemple un Etat, entrave l'accès à un juge car "le droit d'accès aux tribunaux n'est pas absolu", mais à condition que la limitation de ce droit d'accès poursuive "un but légitime" et qu'elle soit "proportionnée au but poursuivi". Tel est le cas des "limitations généralement admises par la communauté des nations comme relevant de la doctrine des Etats (…) La Cour met toutefois une limite aux limites…Si l'accès aux tribunaux peut être limité au nom de l'immunité, il ne faut pas que le droit à un juge soit restreint "d'une manière ou à un point tels que le droit s'en trouve atteint dans sa substance même" (…). En d'autres termes, la Cour EDH confrontée à un conflit entre la norme internationale relative à l'immunité et la CEDH fait primer la seconde si la première lui porte substantiellement atteinte

(E. DAVID, obs. sous Bruxelles (9ème eh.), 04/03/2003, JT 2003, n° 7_8_11, p. 686_687).

Ces constatations concernant l'accès aux cours et tribunaux sont valables également pour l'immunité d'exécution puisque la jurisprudence de la Cour EDH considère que l'exécution des décisions de justice fait partie intégrante du procès équitable (R. ERGEC, Examen de jurisprudence: la Convention européenne des droits de l'homme, RCJB 2002, n° 104, p. 155).

La cour constate dans le cas d'espèce qu'il a été admis que l'immunité d'exécution invoquée par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne s'étend qu'à des biens affectés à des activités de souveraineté, à l'exclusion des biens dont l'affectation est privée, et qu'il ne suffit pas que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO affirme qu'un de ses biens est affecté à des activités de souveraineté pour que cela soit admis automatiquement.

L'immunité d'exécution admise dans le cas d'espèce n'est donc certainement pas absolue.

Le fait que suite à une répartition d'un montant saisi pour lequel la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peut se prévaloir de l'immunité d'exécution, aucune somme n'est revenue à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, n'infirme pas les constatations précédentes.

Par conséquent, en l'espèce, il ne peut être conclu que l'immunité d'exécution dont se prévaut la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO aurait pour résultat d'enlever à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI les possibilités d'exécution — forcée ou non — ni d'ailleurs de restreindre ces possibilités à un point tel que le droit de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI à l'exécution du jugement du 5 décembre 1997 s'en trouverait atteint dans sa substance même.

C'est dès lors à juste titre que le juge des saisies, après avoir constaté que la demande de mainlevée de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO est sans objet concernant le montant créditant le compte technique ouvert auprès de FORTIS BANQUE SA, a ordonné pour le surplus la mainlevée des saisies litigieuses.

Vu ce qui précède, l'argumentation des parties concernant "la voie alternative raisonnable" est devenue sans pertinence.

42 . Pour de justes motifs que la cour approuve et fait siennes, le premier juge a débouté la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO de sa demande d'indemnisation pour saisies téméraires et vexatoires.

Le fait que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI ne démontre pas avoir demandé le paiement de sa créance dans le cadre de l'initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) est sans pertinence puisque cela aurait impliqué que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI accepte un allégement de 80∗ de sa créance.

La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne démontre nullement que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI avait l'obligation d'accepter ce mode de règlement, ni d'ailleurs qu'elle-même est obligée de payer tous ses créanciers par cette voie.

Cet argument de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'infirme donc en rien la motivation ni la décision concernant la demande de paiement d'indemnités pour saisies téméraires et vexatoires.

Le fait que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI ait interjeté appel du jugement du juge des saisies n'est pas non plus téméraire et vexatoire à l'égard de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Au contraire, cela a eu pour résultat qu'il a été établi que, pour ce qui est du compte technique ouvert auprès de FORTIS BANQUE SA, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne peut se prévaloir de l'immunité d'exécution, ce que le premier juge n'a pas constaté.

43 . Sur la base de manquements — selon lui — de FORTIS BANQUE SA, de l'ETAT BELGE et de la COMMUNAUTE FRANCAISE en leur qualité de tiers saisis, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI demande que ces trois parties soient déclarées débitrices des causes des saisies-arrêts litigieuses, et qu'elles soient par conséquent condamnées au paiement de 177.281,31 € chacune, à tout le moins solidairement, à défaut in solidum.

44 . Comme l'a constaté le premier juge, FORTIS BANQUE SA a effectivement fait une déclaration de tiers saisi imparfaite.

A cet égard, la cour se réfère aux constatations et à la motivation du premier juge et les fait siennes.

FORTIS BANQUE SA fait valoir que si sa déclaration était incomplète, elle ne peut néanmoins être condamnée de ce fait à quelque montant que ce soit s'il est admis, comme l'a fait le premier juge, que les biens saisis étaient en réalité insaisissables du fait de l'immunité d'exécution.

FORTIS BANQUE SA invoque que l'immunité d'exécution relève dans le cas d'espèce de la coutume internationale et que l'insaisissabilité est une règle d'ordre public même si dans la présente affaire l'insaisissabilité n'est que relative en ce sens que la personne morale de droit public qu'elle protège peut y renoncer.

FORTIS BANQUE SA affirme que si le jugement est confirmé en ce qui concerne cette insaisissabilité, elle ne peut être condamnée pour avoir fait une déclaration de tiers saisi — éventuellement — imparfaite s'il apparaît rétrospectivement qu'elle aurait pu ne pas en faire du tout.

Le tiers saisi a l'obligation d'effectuer la déclaration de tiers saisi prévue à l'article 1452 C.jud.

Il a déjà été constaté plus haut que l'immunité d'exécution invoquée par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO est relative et que cette dernière ne peut s'en prévaloir pour le montant créditant le compte technique ouvert auprès de FORTIS BANQUE SA.

FORTIS BANQUE SA ne pouvait pas, en tant que tiers saisi, se prévaloir de l'immunité d'exécution dès lors que celle-ci n'est pas absolue, son obligation de faire une déclaration de tiers saisi conformément aux dispositions légales restait entière.

Le fait que suite à l'opposition de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO il est admis dans le présent arrêt que l'immunité d'exécution est d'application pour une partie des biens saisis entre tes mains de FORTIS BANQUE SA, n'a pas pour conséquence que FORTIS BANQUE SA ne peut pas être sanctionnée pour avoir effectué une déclaration de tiers saisi non conforme aux exigences légales.

En effet, la seule constatation que, pour une partie des biens sur lesquels portait la saisie (notamment sur le montant créditant le compte technique), l'immunité d'exécution n'est pas admise, suffit pour conclure que la saisie-arrêt exécution pratiquée entre les mains de FORTIS BANQUE SA n'est pas nulle comme le prétend celle-ci.

L'argumentation de FORTIS BANQUE SA concernant "la nature des créances saisies" et sa question; "Que doit déclarer le tiers saisi lorsque sa dette n'est qu'éventuelle?", sont sans pertinence.

En effet, dans sa déclaration de tiers saisi du 13 novembre 2006, FORTIS BANQUE SA fait état de toute une série de garanties bancaires dont elle ne mentionne que les numéros et dont elle précise "que les obligations de Fortis Banque du chef des garanties bancaires précitées sont essentiellement conditionnelles".

Vu cette "précision" et vu le fait qu'actuellement FORTIS BANQUE SA estime qu'il ne s'agit pas d'obligations conditionnelles mais éventuelles, elle a fait une déclaration inexacte ce qui en soi peut donner lieu à une sanction et qu'elle aurait à tout le moins dû rectifier dans tes meilleurs délais, ce qu'elle n'a pas fait.

Donc même si FORTIS BANQUE SA n'avait aucune dette actuelle à déclarer, comme elle le prétend, elle ne pouvait en tout état de cause faire une déclaration de tiers saisi inexacte.

Pour le surplus, la cour constate que le juge des saisies a judicieusement analysé les faits et appliqué les règles régissant la matière pour établir si une sanction et, dans l'affirmative, quelle sanction devait être infligée à FORTIS BANQUE SA du fait de l'inexactitude de sa déclaration de tiers saisi, et que les arguments invoqués par Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI et FORTIS BANQUE SA dans le cadre de la présente procédure en appel n'infirment en rien l'analyse, la motivation et la décision du premier juge.

La cour approuve et fait sienne la motivation du juge des saisies et se rallie à sa décision de condamner FORTIS BANQUE SA au paiement de 2.500 € à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

45 . Il en est de même en ce qui concerne la décision du premier juge de condamner l'ETAT BELGE à payer à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, à titre de sanction, un montant de 2.500 €: la cour approuve et fait siennes l'analyse en fait et la motivation en droit du juge des saisies qui ont amené celui-ci à prononcer la condamnation susmentionnée à laquelle la cour se rallie.

La cour constate que ni Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI ni l'ETAT BELGE n'invoquent des arguments de fait ou de droit de nature à infirmer ce qu'à dit le premier juge.

46 . C'est à tort que la COMMUNAUTE FRANCAISE soutient que c'est "uniquement en vue de remédier au problème de l'insolvabilité de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO et au principe d'immunité absolue d'exécution des personnes morales de droit public en droit congolais" que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a pratiqué des saisies qui "n'avaient d'autre but, face à l'insolvabilité de son débiteur, que de profiter d'une erreur commise par un tiers saisi pour ensuite postuler qu'il soit déclaré débiteur des causes de la saisie, alors qu'il savait pertinemment bien qu'il ne pouvait obtenir aucun paiement autrement".

Cela n'est nullement prouvé et d'ailleurs contredit par les faits puisque FORTIS BANQUE SA a libéré le montant du compte technique.

Le fait que ce montant a fait l'objet d'une répartition ne profitant pas à Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI n'infirme pas cette constatation.

Pour le surplus, la cour approuve et fait siennes la motivation en fait et en droit du premier juge et se rallie à sa décision de condamner la COMMUNAUTE FRANCAISE au paiement de 2.500 €.

Aucun des arguments en fait ou en droit de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI et de la COMMUNAUTE FRANCAISE sont de nature à infirmer cette motivation et donc la décision du premier juge.

47 . Chacun des tiers saisis est condamné au paiement d'un montant à titre de sanction.

Pour chaque tiers saisi, le montant de la condamnation est établi compte tenu des éléments de fait qui leurs sont propres.

Il n'y a pas lieu, comme le fait FORTIS BANQUE SA, de comparer les trois cas dans le but d'influencer le montant de la condamnation sur la base de quelques observations sans tenir compte de toutes les données de fait.

Les condamnations sont à considérer comme des sanctions imposées à trois tiers saisis indépendants les uns des autres. Ces condamnations doivent dès lors être individualisées de sorte qu'une condamnation solidaire ou in solidum est exclue.

48 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI introduit en ordre subsidiaire une action en responsabilité contre l'ETAT BELGE au motif que celui-ci n'a pas veillé au bon déroulement de la procédure de notification par la voie diplomatique.

Il introduit cette demande au cas où il serait admis par la cour, comme l'a fait le premier juge, que la dénonciation par la voie diplomatique des saisies n'a pas fait courir les délais prévus à peine de déchéance à l'égard de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO parce que la procédure de notification ne s'était pas conclue par la réception par la SPF Affaires étrangères d'une note verbale de retour.

La cour a effectivement admis qu'il n'est pas établi que les oppositions de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO sont tardives et dès lors irrecevables (supra).

L'ETAT BELGE conclut à l'irrecevabilité de cette demande qu'il qualifie de demande nouvelle.

Il fait valoir que cette demande subsidiaire est irrecevable à deux titres:

  • —  D'une part il s'agit d'une extension de la demande originaire non fondée sur un fait ou un acte invoqué dans la citation.

  • —  D'autre part il s'agit d'une demande formulée par la demanderesse originaire en intervention forcée qui ne l'a pas été en première instance.

L'ETAT BELGE précise qu'en l'espèce Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI n'a pas mentionné dans l'acte introductif d'instance l'irrégularité de la procédure de dénonciation des saisies-arrêts pratiquées, pas plus qu'il n'a sollicité la condamnation de l'ETAT BELGE à des dommages et intérêts à ce titre.

Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI conteste l'irrecevabilité de cette demande, soutenant:

  • —  que la Cour de cassation donne une interprétation extensive de l'article 807 C.jud.,

  • —  que cette disposition n'exige pas que la demande nouvelle se base exclusivement sur les faits invoqués en citation, qu'il suffit qu'elle se base au moins partiellement sur ces faits, mais peut parfaitement se fonder également sur de nouveaux faits découverts depuis lors et qui ont un impact sur le litige,

  • —  que de manière générale, il suffit que la demande nouvelle présente un lien avec le litige et que la cause de ce dernier ne soit pas totalement modifiée par la demande nouvelle,

  • —  qu'en l'occurrence, l'acte introductif d'instance, à savoir la citation en intervention forcée, faisait valoir, en son point 11, que la saisie-arrêt du 23 mars 2007 avait été dénoncée à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO le 30 mars 2007,

  • —  que ce n'est qu'ultérieurement que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a contesté la régularité de cette dénonciation intervenue par la voie diplomatique sur l'initiative de l'ETAT BELGE,

  • —  que la demande nouvelle, fondée partiellement sur cette dénonciation invoquée en citation et partiellement sur le rôle joué par l'ETAT BELGE dans cette dénonciation, présente donc manifestement un lien avec le litige initial justifiant la recevabilité de cette demande nouvelle.

L'article 807 C.jud. dispose que la demande dont le juge est saisi peut être étendue ou modifiée, si les conclusions nouvelles, contradictoirement prises, sont fondées sur un fait ou un acte invoqué dans la citation, même si leur qualification juridique est différente.

Conformément aux dispositions de l'article 1042 C.jud., cette règle est également applicable en appel.

Or, une demande peut être formée pour la première fois en degré d'appel si elle se fonde sur un fait ou un acte invoqué dans la citation ou si elle constitue une défense à l'action principale ou tend à la compensation. Il n'est par contre pas admis qu'une partie puisse introduire une nouvelle demande en appel si elle ne présente pas avec la cause un des liens tels que mentionnés ci-dessus.

Il n'est en l'espèce pas question d'une demande reconventionnelle qui constitue une défense à l'action principale ou tend à la compensation.

Ni dans les oppositions introduites par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, ni dans la citation en intervention forcée, il a été question du rôle à jouer par l'ETAT BELGE dans le déroulement de la procédure de notification par la voie diplomatique.

L'action de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI à l'égard de l'ETAT BELGE portait uniquement sur les manquements de ce dernier en sa qualité de tiers saisi dans le cadre d'une saisie-arrêt exécution.

Devant le premier juge, la question de la tardiveté de l'opposition de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO a été débattue entre la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO et Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, et dans le cadre de ce débat la procédure de notification par la voie diplomatique a été abordée. Nonobstant ce fait, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI n'a, devant le premier juge, pas formé à l'égard de l'ETAT BELGE la demande qu'il introduit actuellement, même pas à titre subsidiaire. Il s'est limité en première instance à sa demande basée sur les obligations de l'ETAT BELGE en tant que tiers saisi.

L'actuelle demande subsidiaire de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI est une demande nouvelle basée sur la responsabilité de l'ETAT BELGE concernant son rôle dans le déroulement de la procédure de notification par la voie diplomatique, et cette demande ne présente aucun lien avec sa demande originaire basée sur les manquements de l'ETAT BELGE à ses obligations de tiers saisi. Telle demande ne peut être formée pour la première fois en degré d'appel et est dès lors irrecevable.

La seule circonstance que, dans sa citation en intervention forcée, Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI a mentionné que: "Compte tenu de l'échec de la première saisie, le requérant en fit pratiquer une seconde, le 23 mars 2007 — soit avant que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne demande la mainlevée de la première saisie le 20 avril 2007 — entre les mains de l'ETAT BELGE — deuxième cité —, de la COMMUNAUTE FRANCAISE — troisième citée — et de la BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE, dénoncée à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO le 30 mars 2007", ne suffit pas pour admettre que la demande nouvelle de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI se fonde, même partiellement, sur un fait ou un acte invoqué dans la citation.

Cette mention ne constitue en effet ni un acte ni un fait invoqué dans la citation introductive en ce sens qu'en l'espèce Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI ne l'a pas à proprement parier "invoquée" comme un fait à l'appui de sa demande: il ne s'agissait que d'une information concernant la chronologie des rétroactes sans pertinence aucune pour la demande que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI introduisait contre l'ETAT BELGE.

La mention de la dénonciation en citation n'a dès lors pas pour résultat qu'il puisse être admis que la demande nouvelle présente un lien avec le litige initial dans le sens de l'article 807 C.jud.

La circonstance que cette demande nouvelle n'est formée qu'à titre subsidiaire n'infirme pas les constatations précédentes.

C'est dès lors à bon droit que l'ETAT BELGE conclut à l'irrecevabilité de la demande subsidiaire de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

49 . Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI introduit également une demande nouvelle contre l'ETAT BELGE qui tend à entendre condamner celui-ci à vider inconditionnellement ses mains entre celles de l'huissier de justice instrumentant à concurrence de la somme déclarée de "quelques 84,6 millions d'euros", sous peine d'une astreinte de 10.000 € par jour de retard.

Il précise qu'il forme cette demande au motif que l'ETAT BELGE a déjà annoncé qu'au cas où la demande de mainlevée de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO serait rejetée, il s'opposera à la libération des fonds saisis.

Or, comme en l'espèce il a été décidé de confirmer la décision du juge des saisies concernant la mainlevée des saisies, cette demande nouvelle de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI est devenue sans objet, de sorte que l'argumentation des parties concernées quant à ce est devenu sans pertinence.

50 . La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO demande la condamnation de FORTIS BANQUE SA au remboursement de la somme de 8.698,23 € qui a été répartie avant l'opposition à saisie.

FORTIS BANQUE SA fait valoir à juste titre que devant le juge des saisies, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO n'a formé aucune demande contre elle, qu'à cet égard il n'existe pas de lien d'instance entre elles, et que au surplus l'objet de l'action originaire dirigée contre elle est radicalement différent de — ne présente aucun lien avec — la demande formée en appel par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO contre elle.

La demande de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO formée contre FORTIS BANQUE SA est dès lors irrecevable.

51 . FORTIS BANQUE SA et la COMMUNAUTE FRANCAISE demandent que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO soit condamnée à les garantir de toute condamnation prononcée à leur encontre au profit de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Pour autant que le tiers saisi doit, du fait de sa condamnation, payer plus que ce dont il est redevable au saisi, ou qu'il doit le payer plus tôt, il possède à l'égard du saisi une action subrogatoire lui permettant d'exiger le paiement de ce montant.

Cela découle de la constatation que, du fait de la condamnation du tiers saisi, celui-ci et le saisi sont tenus solidairement à l'égard du saisissant qui de la sorte se trouve face à plusieurs débiteurs de la même dette (E. DIRIX et K. BROECKX, Beslag (APR, 2001), n° 780, p. 449).

La circonstance que, pour certains de ses biens, la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO peut se prévaloir d'une immunité d'exécution n'est pas pertinente; cette immunité relative ne change rien au fait que la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO est la débitrice de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Les autres arguments invoqués par la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ne sont pas non plus pertinents pour le même motif: elle est la débitrice de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI qui ne peut être payé qu'une fois.

Au vu des éléments de fait, il apparaît qu'effectivement de par leurs condamnations en faveur de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, aussi bien FORTIS BANQUE SA que la COMMUNAUTE FRANCAISE doivent payer plus tôt ou plus que ce dont elles sont — ou ne sont pas ou pas encore — redevables à l'égard de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Il y a donc lieu de faire droit à leurs demandes respectives dirigées contre la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

52 . Vu ce qui précède, vu le fait que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI bénéficie de l'assistance judiciaire en raison de l'insuffisance de ses revenus avec pour conséquence que toute indemnité de procédure à sa charge doit être réduite au minimum légal, et compte tenu également:

  • —  de ce que ni le refus persistant de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO d'acquitter sa dette à l'égard de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI, ni les manquements des tiers saisis ne démontrent que la procédure actuelle soit manifestement déraisonnable,

  • —  de ce que l'affaire n'est pas particulièrement complexe pour les parties, aucune d'elles n'ayant à traiter toutes les demandes formées,

  • —  de ce qu'il s'agit essentiellement d'une action non évaluable en argent et que donc tes indemnités de procédure à charge des autres parties que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI sont de 1.200 € (montant de base pour une affaire non évaluable en argent),

il y a lieu:

  • —  comme l'appel et tes appels incidents ne sont pas fondés, de ne pas réformer la décision du premier juge concernant les dépens liquidés par lui pour les dépens qui avalent été taxés par les parties,

  • —  pour la présente procédure en appel, vu ce qui précède et compte tenu des frais et dépens taxés par tes parties et dont elles demandent paiement:

    • —  de condamner Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI à ses propres dépens et à une indemnité de procédure de 75 € en faveur de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO,

    • —  de condamner la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO aux dépens de FORTIS BANQUE SA (indemnité de procédure de 1.200 €), de l'ETAT BELGE (indemnité de procédure de 1.200 €) et de la COMMUNAUTE FRANCAISE (indemnité de procédure de 1.200 €).

Par ces Motifs,

LA COUR, statuant contradictoirement;

Vu l'article 24 de la loi du 15 juin 1935 sur l'emploi des langues en matière judiciaire;

Déclare la demande en réouverture des débats de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI recevable mais non fondée, en déboute Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Déclare l'appel de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI recevable mais non fondé, en déboute Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Déclare les demandes nouvelles de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI formées contre l'ETAT BELGE irrecevables, en déboute Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Déclare l'appel incident de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO recevable mais non fondé, en déboute la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Déclare la demande nouvelle de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO formée contre Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI pour appel téméraire et vexatoire recevable mais non fondée, en déboute la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Déclare la demande nouvelle de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO formée contre FORTIS BANQUE SA irrecevable, en déboute la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Déclare l'appel incident de FORTIS BANQUE SA recevable mais non fondé, en déboute FORTIS BANQUE SA.

Déclare la demande de FORTIS BANQUE SA formée contre la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO recevable et fondée.

Par conséquent, condamne la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO à couvrir FORTIS BANQUE SA à hauteur des condamnations prononcées par le juge des saisies, non réformées en appel, à charge de FORTIS BANQUE SA en faveur de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI.

Déclare l'appel incident de l'ETAT BELGE recevable mais non fondé, en déboute l'ETAT BELGE.

Déclare l'appel incident de la COMMUNAUTE FRANCAISE recevable mais non fondé, en déboute la COMMUNAUTE FRANCAISE.

Déclare la demande de la COMMUNAUTE FRANCAISE formée contre la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO recevable et fondée.

Par conséquent, condamne la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO à garantir la COMMUNAUTE FRANCAISE de la condamnation prononcée à son encontre par le juge des saisies, non réformées en appel, en faveur de Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI en principal, intérêts et accessoires.

Dit que Monsieur MABIBI-MA-KIBEBI prend ses propres dépens à charge et le condamne au paiement d'une indemnité de procédure de 75 € à la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Condamne la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO au paiement d'une indemnité de procédure de 1.200 € à FORTIS BANQUE SA et d'une indemnité de procédure de 1.200 € à la COMMUNAUTE FRANCAISE.

Ainsi jugé et prononcé à l'audience publique civile de la 17e chambre de la Cour d'appel de Bruxelles le

où étaient présents et siégeaient :

S. GADEYNE, conseiller f.f. président,

D. DEGREEF, conseiller,

R. COIRBAY, conseiller,

M.-C. SADZOT, greffier.

SADZOT

COIRBAY

DEGREEF

GADEYNE